© 2019 AVE

  • AVE

ETAPE 11: IRLANDE 2014

LA GRANDE CORDEE : GRIMPER LES PLUS HAUTS MONTS D'EUROPE AVEC L'AVE

Le Carrantuohill : 1341 mètres

A ce jour 66 personnes différentes ont participé à la Grande cordée.

L’Irlande ! Les Cassandre nous avaient promis pluie, vent, tempête…Eh bien oui, nous avons eu un peu de tout ça mais les conditions météos furent plutôt clémentes, voir agréables. Suffisamment en tout cas pour remplir tous nos objectifs.


LE CARRANTUOHILL

Le lundi devait être une belle journée, nous prîmes donc la direction du Carrantuohill, point culminant de l’Irlande. La météo locale, tout comme la nôtre, ne semble pas être complétement fiable. Lorsque nous garons les voitures, il pleut à verse. Quelques doutes traversent alors nos esprits, surtout que nous avons peu d’infos sur la rando. Mais des groupes passent sans se poser de questions alors les 28 avéistes se mirent en route pour la Devil’s ladder route. Peu après la pluie cessera. Le reste de la journée oscillera entre brouillard et très fortes rafales de vent.

Le début est tranquille : un large sentier qui après être passé entre 2 lacs vient buter contre le pied de la montagne. Il faut maintenant attaquer un couloir techniquement facile mais abrupte sur 3 à 400 mètres. Notre petit groupe se dissémine, il y a ceux qui veulent manger avant et ceux qui veulent manger après. Et puis la progression se fait plus difficile et chacun prend son rythme.

Après le couloir, nous arrivons sur un large col, il reste 150m de dénivelée à parcourir. Cela se fera dans le brouillard. Le vent est glacial. Un par un nos valeureux avéistes, de 7 à 59 ans, atteignent tous le sommet. Le pique-nique, au pied de la grande croix, dans le wind shelter ‒ 4 murs de pierre d’un mètre de hauteur ‒ sera rapide et mémorable. Nous sommes tous gelés. Ne pouvant profiter du paysage nous redescendons assez vite.

Les informations sur les différents sites internet donnaient 6 à 8 heures de rando. Ils nous en aura fallu beaucoup moins pour faire l’aller-retour jusqu’au petit pub proche du parking.


L’ESCALADE

Nous n’avions comme topo d’escalade que celui du Gap of Dunloe. C’est une magnifique faille au milieu de laquelle serpente une route empruntée par les calèches à touristes. Au milieu de ce chao minéral ‒ des éboulements de blocs vont jusqu’au bord de la route ‒ il y a quelques bouts de falaises répertoriées sur un site internet. Même si l’Irlande n’est pas un pays réputé pour l’escalade, l’idée de grimper dans ce paysage est plutôt enthousiasmante. Pour tout équipement il n’y a que quelques rares relais. Pour le reste à nous de tout installer. Les 3 grimpeurs expérimentés ont donc joués des coinceurs pour installer des moulinettes. Les plus acharnés ont pu grimper 4 journées sur les 6 passées dans la région. C’est dire si le temps était clément.

Pour bon nombre de participants à la sortie ce fut leurs premières voies en falaise.


LES ILES SKELLIG

C’est un lieu magique : deux îlots à une heure de bateau de Portmagee, au bout de la péninsule d’Iveragh. Avril est un peu tôt pour y aller, les macareux n’arrivent qu’en juin. Malgré tout le lieu garde son caractère exceptionnel. Nous avons gravi les 200m de dénivelée à l’aide des marches de pierre et nous avons découvert les habitations construites il y a près de 1500 ans par des moines épris de solitude. De là-haut Little Skellig se dessinait dans les nuées. Nous en ferons le tour en bateau lors du retour pour voir de plus près les 60.000 fous de bassan qui en ont pris possession. Nous y verrons aussi deux phoques alanguis sur les rochers. Il nous manqua juste, le passage de quelques dauphins et la journée aurait été inoubliable.


LE BANOFFEE

Après en avoir réclamé à cor et à cris pendant trois jours, suscitant l’intrigue chez les uns, l’agacement chez les autres, il était temps d’en trouver. Il était à la carte du Kate Kearney cottage à l’entrée du Gap of Dunloe. Nous étions 6 et tout le monde a voulu goûter. Quelle misère ! Quelle toute petite part ! Mais ça y est le ver était dans le fruit. Les avis étaient unanimes : c’est une tuerie.

Mais attention, il existe de mauvais banoffee, nous en avons fait l’expérience à Dublin. Si cela vous arrive, surtout, retentez votre chance.

Oui mais c’est quoi un banoffee ? De la banane et du toffee sur une couche de biscuit et sous une autre de chantilly. C’est l’alimentation rêvée pour arriver au rapport poids/puissance idéal du grimpeur.


DUBLIN

Nous avons profité de notre séjour pour visiter la capitale. Personnellement je dirai que ce n’est pas une ville très intéressante d’un point de vue architecturale mais elle vaut le coup pour l’ambiance festive qui y règne et la musique qui emplit les pubs.


LIENS

Topo d’escalade du Gap of Dunloe :

http://wiki.climbing.ie/images/archive/6/62/20140125115936!Gap_of_Dunloe_updated_guide.pdf

Hébergements :

Centre Eclipse à Kenmare : belles petites maisons bien sympathiques. L’accueil est chaleureux. Bien sur Athos essaiera de vous convaincre de tester toutes les activités qu’il propose (équitation, tir à l’arc, vélo, parcours du combattant…) mais vous n’êtes pas obligé. www.eclipseireland.com

L’auberge de jeunesse Abbey court dans le centre de Dublin. Propre et pas cher. http://www.abbey-court.com



  • email-14-xxl
  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now